L’Adriatique entre terre et mer – Krka, Trogir, et six îles

Le séjour en Croatie, il s’est décidé un peu par hasard.

 

“Maman, mes potes, en été, ils vont à la mer”

Roméo rêvait d’un voyage d’été à la mer.
Eric avait papoté quelques fois avec son collègue croate qui lui avait vanté la beauté du pays.
Et moi, je n’ai pas été trop difficile à convaincre…Dès qu’il s’agit de partir et de se nourrir de soleil et de glace.

Au fur et à mesure de mes recherches, additionné au résultat d’une savante équation dont j’ai le secret, une destination se démarqua.

Nous passerons une semaine sur l’île de Brac, dans un petit village appelé Milna.

 

 

 

L’ I L E  D E  B R A C

 

 

 

Brac est une des 1180 îles que compte la Croatie, elle est aussi la plus haute avec un sommet atteignant 778 mètres d’altitude.
L’île est bien connue pour sa pierre de Brac, qui fait clairement son identité.
Exploitée depuis l’Antiquité dans les carrières, les pierres non taillées sont partout le long des chemins et font partie de l’essence même des terres, tant dans l’architecture et les constructions que dans le conscient collectif.
Elle offre aussi une côte très découpée et une nature verdoyante.

En pratique, cette destination est accessible du continent via l’aéroport de Split, avec une navette en ferry (45 minutes) jusqu’à Supetar.

L’île nous a été présentée de façon assez insolite, en safari 4×4, par Tonio, une de nos plus belles rencontres sur place. Je lui ai d’ailleurs dédié un article que vous pouvez lire ici.

 

 

 

M I L N A

 

 

 

Située à 18 kilomètres de la ville de Supetar (arrivée du ferry), Milna est une petite cité portuaire nichée dans une baie. Elle compte moins de 1000 habitants mais presque autant de petites criques et de plages isolées le long de son sentier littoral long de 5 kilomètres.
Elle offre, selon moi, une position parfaite pour envisager les visites d’îles voisines et un éventuel retour sur le continent. (Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, les îles, où qu’elles soient, demandent toujours un minimum de patience afin d’y accéder).
Aussi, vous y trouverez une pharmacie, quelques bars, et une supérette!

 

 

♥ L U C I C E   B A Y

 

 

Coup de coeur absolu pour cette baie à l’abri du vent, découverte un peu au hasard d’une promenade en soirée, cachée derrière une forêt de pins.
Au nombre impressionnant de bateaux à l’encre dans le secteur, nous avons vite compris que la Lucice Bay était très prisée.

 

 

O S I B O V A   B A Y

 

 

Les garçons étaient en quête d’une crique tranquille, à partir de laquelle ils pouvaient se baigner de façon progressive.
Et puis, à deux pas de notre logement, repérée lors d’une virée en kayak, Osibova semblait le lieu idéal.
Cet endroit est parfait, reconnaissable à sa petite chapelle en pierre du pays qui avale littéralement les rayons du soleil et à son eau bleu turquoise.
En outre, pensez à vos aquashoes pour éviter les oursins!

 

 

L E   L O G E M E N T

 

 

Rapidement, j’ai constaté que l’offre en matière de logement s’axait principalement autour de locations en appartement et était prise d’assaut dès les premiers mois de l’année.
Mon coup de coeur m’ayant filé sous le nez, nous avons opté pour l’Hôtel Gava Waterman, un des seuls du coin d’ailleurs.
Situé au calme d’une baie et derrière une grande forêt de pins, cet établissement récent possède des aménagements dignes d’un grand club, de nombreuses chaises longues disposées sur plusieurs terrasses, une plage privée avec kayaks et pédalos, deux piscines extérieures (dont une à débordement avec vue sur la mer), des jardins et des parasols.

“Tu as bien dit un CLUB?”

Et oui.

Et j’y suis allée avec des tonnes d’a priori. (Oulala, la vie est dure quand même!)
Entre faire la file au buffet habillée comme une diva, devoir me taper la danse des tongues dès le matin, ou pire, de ne pas savoir dormir pour cause de karaoké géant, j’étais sans cesse parasitée.

Et pourtant.
Dès notre arrivée, j’ai senti que je pouvais me détendre.
Le personnel était sympathique et discret, et puis, notre chambre était vraiment idéale.(pour ne pas dire canon)
Une vue imprenable sur la mer (coucher de soleil et balcon inclus), une mezzanine avec literie de qualité pour Eric et moi et un canapé-lit deux personnes rien que pour Roméo.
Le tout décoré avec soin et minimalisme.

Je dois bien admettre que la perspective de la piscine et du terrain de mini-golf faisait tant briller les yeux de mon Roméo, que j’avais déjà du mal à regretter mon choix ?

 

Le Gava accueille aussi bien une clientèle ayant envie de repos absolu, que des familles en quête d’aventures. On est quand même sur une entreprise à taille humaine où nous avons apprécié séjourner. (Et nous jeter à corps perdus dans la mer en rentrant bien tard de nos folles journées).

 

 

 

U N  J O U R  – 6  Î L E S

 

 

 

Clairement, notre choix de voyager sur une île, le long de la plus belle côte d’Europe, incluait une évidence, on allait devoir faire du bateau.
Les prix à la location avec un skipper restent assez élevés, qu’on se le dise.
Alors, au diable mes envolées en catamaran où je règnerai en sirène sur le parquet acajou…
Nous partirons une journée sur un hors-bord d’une capacité de 10 personnes, et nous ne visiterons pas moins de 6 îles. (et Na!)

En vérité, j’y croyais moyen.

Et puis, on a rencontré Diana, qui s’est présentée comme notre « guide » du jour, et son mari, Rosty, le capitaine.
Il ne m’a pas fallu longtemps pour être conquise.

 

 

 

B L U E  C A V E S

 

 

 

Leur bateau bleu et orange était beau, comme dans le film d’une journée qui s’annonçait parfaite.
Il était très tôt car nous mettions directement le cap sur Bisevo, une petite île de 5,8 km2 et moins de 20 habitants.
La particularité de Bisevo est d’abriter les « Blue Caves », des cavernes accessibles uniquement en barque entre 10 et 13 heures, soit, quand les rayons du soleil pénètrent par les fonds marins et illuminent alors toute la grotte d’une lumière bleue.
Il s’agit d’un phénomène naturel surprenant et vraiment à couper le souffle.

Conseil: En pleine saison, les « Blue Caves », ça se mérite, il est vraiment indispensable de vous y rendre avec un guide suffisamment avisé. Les temps d’attente peuvent fréquemment aller jusqu’à plusieurs heures.

 

K O M I Z A

 

 

 

Komiza est une ville située sur l’île de Vis, soit juste en face de Bisevo.
Il nous a fallu une demi-heure pour rejoindre le port de pêche et moins de deux minutes pour en tomber amoureux.
Les maisons “pieds dans l’eau”, la vue sur les flancs de collines qui abritent vignes et oliveraies et les gajetas, anciens bateaux de pêche à la coque en bois, tout là-bas me donne envie d’y rester.

On y est bien presque instantanément.

 

 

S T I N I V A

 

 

 

Elue à de nombreuses reprises “plus belle plage d’Europe” et véritable bijou de l’Adriatique, Stiniva est une baie au fond de laquelle se cache une plage minuscule derrière deux énormes falaises, uniquement accessible par la mer.
Lorsque l’affluence le permet, Diana et Rosty permettent une mise à l’ancre et une virée jusqu’au rivage.
Ce jour-là, nous n’étions pas les seuls à avoir le même programme.
En revanche, il me semble que l’on ait vraiment gagné au change en prenant la direction de Budikovac.

 

 

B U D I K O V A C   I S L A N D

 

 

 

En somme, on part clairement sur un lagon vert turquoise (#nofilterneeded).
L’île, habitée par une seule personne est très préservée. Le propriétaire y tient un restaurant, il cuisine avec les récoltes de son potager et de sa ferme.
La côte encore très sauvage, abrite une nature luxuriante qui sent bon le romarin, les pins et la lavande.
De mémoire, personne n’a vraiment attendu les dernières recommandations de Diana pour sauter à l’eau et se rafraichir.
On a ri, on a fait plus ample connaissance, et dans la foulée, Eric s’est essayé au vol de drone en mer, utilisant le toit du hors-bord comme piste de décollage.

 

P A K L E N I    I S L A N D S

 

 

 

Dites aussi les Iles Infernales, notre skipper a pris la direction de l’archipel afin de nous montrer la baie de Palmizana sur l’île de Klement. Haut-lieu chic et bohème, cette destination nautique permet de fuir l’agitation urbaine de Hvar.
Nous ne nous y sommes pas attardés car notre dernier arrêt, et non des moindres, incluait la pause de midi (à 15 heures), et je vous avoue que je commençais à avoir des pensées malsaines où absolument tout me ramenait à la bouffe. (#warning)

Il n’empêche que cet ensemble de 21 îlots dont certains sont totalement arides, est d’une beauté incroyable…(Il y en avait même un en forme de croissant, quand je vous disais que j’avais faim).

 

 

 

H V A R

 

 

 

Honnêtement, je mentirais en vous racontant la forteresse sur les hauteurs de la ville, son église et ses façades claires faisant penser à la Grèce.
En vrai, on s’est trouvé un petit resto sur le port, à l’ombre et avec vue sur le festival de bateaux de toutes les tailles, et on a mangé des fruits de mer! (oups)
Affamés, Diana nous avait donné un seul conseil avant de nous laisser vaquer à nos occupations.

Petit point gastro, il est vrai que c’est toujours étonnant de se retrouver dans un endroit hautement fréquenté, qui plus est, quand la saison estivale bat son plein, et d’y retrouver une assiette de qualité à un prix plus que raisonnable.

« Tout semble touristique, mais vous pouvez y aller les yeux fermés, c’est frais et bien cuisiné! »

Cet arrêt, bien loin des paradis isolés des heures précédentes, fut le dernier de cette formidable expérience. Roméo était lessivé (et rincé par une mer plus capricieuse sur le retour), Eric avait des envies de catamaran et de découvertes d’îles sauvages, et moi, toujours aujourd’hui, (oui oui, maintenant, en écrivant ces mots), j’ai du mal à m’en remettre. (C’est peut-être ça le coup de foudre?)

Nous étions conquis par la belle Adriatique, limpide et encore préservée mais bien décidés à en voir beaucoup plus.

 

 

P A R C   N A T I O N A L   K R K A

 

 

 

La visite du Parc National de Krka trônait depuis longtemps sur notre bucketlist, c’est donc de (très) bon matin que nous avons rejoint Split, sur le continent, afin de prendre un car.

Krka se situe dans le Sud de la Croatie, le long de la rivière portant le même nom. Sa particularité réside dans ses sept cascades, dont la plus haute atteint plus de cinquante mètres.

Plus de deux heures de routes sinueuses sont nécessaires, heureusement, elles longent la côte et le paysage fait passer la pilule.

On nous avait prévenu, le parc sera noir de monde.

En plein mois d’août, 10.000 personnes sont autorisées à y accéder simultanément. C’est beaucoup. Lors de notre dernière expérience “parc national” de Muir Woods en Californie, nous étions tombés en panne en pleine ascension, à quelques kilomètres de la réserve, pas question cette fois qu’on entache notre périple! C’est donc boostée à bloc que je me persuade que 10.000 personnes, c’est pas tant que ça!

Ce jour-là, ironie du sort, il fait torride.

C’est donc dans un environnement bondé que nous avons entamé la promenade à travers les vieux moulins et les cascades, sur de petits sentiers étroits bien balisés, ambiance forêt tropicale assurée (touristes en prime). L’itinéraire proposé permet, au plus bas de la rivière, la baignade.

Un bain de foule plus tard et nous prenions la direction de notre prochaine destination.

 

Le parc est incroyable et mérite vraiment son titre, cependant, la visite peut être altérée par son succès, en pleine saison.

 

 

 

T R O G I R

 

 

 

Inscrite au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO, la ville de Trogir est une petite cité médiévale de Dalmatie. Blasons, palais, remparts, églises, tout dans cette municipalité évoque des dominations grecques, romaines ou vénitiennes.

Et puis, au hasard d’une ruelle, vous trouverez également ces petites cours typiques qu’on a adoré.

 

 

A moins de deux heures d’avion de Bruxelles, sans aucun décalage horaire, la Croatie est une perle où la nature est préservée, où il fait bon vivre. Et ce n’était qu’un début.

 

 

E N  P R A T I Q U E:

 

 

 

→ L’hébergement au Gava Waterman Resort et les transports (vols Bruxelles-Split opérés par Brussels Airlines, bus et traversée en ferry) ont été réservés via une agence Neckermann.

→ Le safari 4X4 pour la découverte de l’île de Brac, une seule solution, la meilleure: Milnarski.

→ La journée en hors-bord et sa formule “un jour-6 îles”, c’est avec Brac Excursion.

→ Toutes les infos nécessaires avant votre visite du Parc National Krka sont disponibles sur leur site.

 

 

Hvala Hrvatskoj ♥

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.